Menace de mort et droit criminel

Proférer des menaces.

Vous êtes à une soirée avec des amis et tout va bien puis vous lancez, en parlant d’un collègue, sans vous en rendre compte, qu’il va payer pour ce qu’il a fait. Deux jours plus tard, la police arrive à votre domicile et vous arrête. Vous ne comprenez pas qu’est-ce qui a bien pu se passer… C’est à ce moment que vous devez contacter votre avocat.

Votre voisin est insupportable : il met ses ordures sur votre terrain, il écoute sa télévision à tue-tête le jour comme la nuit, il n’entretient pas la devanture de sa résidence…  Bref,  il vous empoisonne l’existence et vous n’en pouvez plus. Et ce qui devait arriver arriva, la goutte qui fit déborder le vase. Excédé, vous le menacez de mettre le feu à sa maison si vous l’apercevez encore sur votre terrain.Menace de mort

 

Saviez-vous que vous venez de commettre une infraction au Code criminel et que vous pourriez être arrêté par les policiers?

Vous avez menacé un collègue, un ami(e), un conjoint(e), un ex ou un membre de votre famille ! Vous pouvez faire l’objet d’une poursuite criminelle via l’article 264.1 du Code criminel et être accusé d’avoir proféré des menaces, soit de causer la mort ou des lésions corporelles, soit d’avoir menacer de brûler ou endommager des biens meubles ou immeubles.

DÉFINITION de menace de mort

L’article 264.1 du Code criminel interdit de transmettre une menace à une autre personne, et ce par quelque moyen que ce soit. Cependant, cet article vise uniquement trois types de menaces : les menaces de mort ou de causer des lésions corporelles, les menaces de destruction d’un bien et finalement, de blesser, d’empoisonner ou de tuer un animal ou un oiseau domestique. Évidemment, le fait de menacer une personne de poursuites judiciaires n’est pas répréhensible au sens du Code criminel.

La jurisprudence a défini la notion de menace comme étant la « manifestation par laquelle on marque à quelqu’un sa colère, avec l’intention de lui faire craindre le mal qu’on lui prépare »
En ce qui concerne les menaces de mort, le Code criminel vise des mots qui vont susciter une crainte ou intimider la victime. Le fait de proférer une menace de mort avec l’intention qu’elle soit prise au sérieux implique nécessairement l’intention d’intimider la victime ou de susciter chez elle une crainte. L’inverse est également vrai : l’intention d’intimider la victime ou de susciter chez elle une crainte en proférant une menace de mort implique nécessairement l’intention qu’elle soit prise au sérieux.

Il n’est pas nécessaire que la menace soit suivie d’un acte.

Cependant, des paroles prononcées à la blague ne sauraient ici permettre une telle accusation. Dans tous les cas, la Couronne devra le démontrer au tribunal pour que l’accusé soit reconnu coupable d’avoir proféré des menaces à l’encontre de la victime.

Par exemple, les tribunaux ont conclu que le fait de menacer une femme d’agression sexuelle constituait une menace de causer des blessures graves puisqu’une agression sexuelle laisse toujours des séquelles psychologiques importantes chez la victime et parfois également physiques.

PERSONNES VISÉES PAR LA MENACE

Pour qu’une accusation de profération de menaces soit portée, il n’est pas nécessaire que l’accusé ait lui-même proféré les menaces à la victime. En effet, le Code criminel prévoit que cette menace peut être faite par l’intermédiaire d’une tierce personne. Au contraire, il n’est pas nécessaire que la victime de la menace ait bien reçu le message ou qu’elle craint effectivement pour sa sécurité.

Finalement, il n’est pas nécessaire que la menace proférée vise quelqu’un spécifiquement. En fait, elle peut viser un groupe de personnes, dans la mesure où ce groupe est identifiable. Par exemple, menacer de tuer un policier pour obtenir quelque chose de la victime suffit pour commettre cette infraction.

TEST APPLICABLE

Le test applicable pour déterminer si une menace a bien été proférée au sens où l’entend le Code criminel a été développé dans l’arrêt Mc Craw de la Cour suprême.

La nature de la menace doit être évaluée de façon objective. Ainsi, les termes utilisés par l’accusé doivent être regardés à travers les yeux d’une personne raisonnable mise dans cette situation. Évidemment, les termes utilisés doivent être analysés dans l’ensemble de la conversation. Il ne saurait être question d’isoler les phrases du contexte dans lequel elles ont été prononcées. Également, il faut tenir compte de la situation particulière dans laquelle se trouve la victime.
En d’autres mots, il faut se poser la question suivante pour conclure à une infraction d’avoir proféré des menaces : « Considérés de façon objective, dans le contexte de tous les mots écrits ou énoncés et compte tenu de la personne à qui ils s’adressent, les termes visés constituent-ils une menace (…)  pour une personne raisonnable » ?

Ce test permet de s’assurer que l’interprétation des menaces proférées ne se base pas uniquement sur l’interprétation personnelle de la victime, qui peut être teintée par ses traits de caractère particuliers.

DÉFENSES POSSIBLES

La Couronne doit démontrer que l’accusé avait bien l’intention de menacer la victime. Ce dernier devait vouloir intimider ou effrayer sa victime. L’accusé peut ainsi chercher à soulever un doute quant à la preuve fournie par la Couronne et témoigner en niant avoir prononcé de telles paroles.

Rappelez-vous, ne constitue jamais une défense le fait que l’accusé ne désirait pas mettre à exécution sa menace.

Il faut lire l’article afférent à la jurisprudence qui concerne la menace de mort 

PEINES POSSIBLES

En ce qui concerne les menaces de mort ou de causer des lésions corporelles, si l’accusé est poursuivi pour une infraction sommaire, il est passible d’un maximum de 18 mois de prison. Par contre, s’il est accusé en vertu d’un acte criminel, il sera alors passible d’une peine de prison maximale de 5 ans.

En ce qui concerne les menaces de destruction d’un bien et celle de blesser, empoisonner ou tuer un animal, si l’accusé est poursuivi pour une infraction sommaire, il est passible d’un maximum de 6 mois de prison et/ou d’une amende maximale de 2000$. Par contre, s’il a été accusé en vertu d’un acte criminel, il sera alors passible d’une peine de prison maximale de 2 ans.

Ne paniquez pas, plusieurs moyens de défense s’offrent à vous. On peut citer à titre d’exemple la plaisanterie. Vous blaguiez, c’était dit de manière frivole et vous n’aviez pas l’intention de faire peur à personne.  Parfois, les victimes ne rapportent  pas les bonnes paroles.  Il s’agit d’une question d’interprétation.

Les tribunaux doivent juger chaque inculpé dans un délai raisonnable.  Cependant, un délai de 6 à 12 mois est à prévoir avant d’obtenir un procès.  « Le temps fait parfois bien les choses ».  Les délais dépendront de l’endroit où l’on est accusé.

CONCLUSION

Il est très facile de prononcer des paroles que vous ne pensiez pas vraiment, sans avoir réfléchi au préalable aux conséquences fâcheuses qui peuvent en découler sur votre vie. Avant qu’il ne soit trop tard, consultez un avocat criminaliste qui vous guidera à travers l’accusation. Rappelez-vous, ce texte se veut informatif et ne saurait en aucun cas remplacer l’opinion et les conseils d’un professionnel.

Contactez-nous avocat à Laval, !    514-AVOCATE (286-2283)

Commentaires

  1. abgrall a écrit :

    Bonjour

    Mon voisin et son fils m’ont traitée de connapasse à plusieurss reprises et le père m’a dit ququ’il allait me déchirer
    Que puis je faire

    Merci

  2. Antoine Théberge a écrit :

    J’ai 17 ans. Il y a peu de temps moi et mes amis on parlaient sur skype. On s’ennuiyaient un peu. Une de mes amies Voulu inviter une personne qu’elle connaissait dans la conversation. Je ne connais pas cette personne. Vu que nous sommes jeune, l’immaturité a vite pris possession de la conversation et sans m’en rendre vraiment compte, j’ai fait une menace de 5 mots : (nomdelapersonne), je vais te tuer. Une personne l’as dite vocalement et je l’ai retranscrit sur le t’chat. Bien sur c’était en blague mais la personne en tant que tel ne le sais pas elle.. Elle a donc appeler la police mais il ne savent pas encore que c’est moi vu que J’étais sous un autre nom. Quelles sont les options qui s’offrent a moi ? Je suis vraiment stressé et j’ai très peur d’être emprisonné pour une conversation inutile et immature.

    • Pour être déclaré coupable d’avoir proféré des menaces, la poursuite doit prouver que vous aviez l’intention de faire en sorte que vos propos soient perçus comme visant à intimider ou susciter la crainte ou à être pris au sérieux. Pour ce qui est des options qui s’offrent à vous, vous pouvez toujours communiquer avec nous au 514-AVOCATE afin de prendre un rendez-vous. Nous pourrons alors vous conseiller adéquatement et vous décrire les différentes situations qui peuvent survenir dans votre situation.

  3. marie-france Meunier a écrit :

    J’aimerais savoir svp si j’ai le droit a une aide quelconque svp. Mon ex mari (séparé / divorcé depuis 10 ans) mais il a la garde d’une de nos filles qui a 15 ans, m’envoie depuis quelques temps sur mon cellulaire des injures et des menaces (mais pas de mort) du style si tu ne fais pas ca ou ca, je te promet que tu n’as pas fini avec moi!!! Dites moi que puis je faire svp? quels sont mes recours svp?? A noter qu’il est a nouveau séparé et qu’il fait des menaces a sa 2ieme ex conjointe.

    J’ai peur car ma fille demeure avec lui… Je n’ai pas peur de violence physique, mais elle ne veut pas porter plainte contre son pere…….. je fais quoi moi la??? merci

  4. Mélanie Hubert a écrit :

    J’enseigne à de jeunes autistes sans déficience. Un de mes élèves menace régulièrement de me tuer. Il dit qu’il me retrouvera quand il sera grand, qu’il prendra un couteau et me tranchera la tête, fait le geste de me couper la tête, dit que je veux le tuer, dit qu’il a déjà tué des enfants en les étranglant, que plus tard il souhaite être criminel et tuer les humains en infectant les gens avec des virus. Il dit jouer à faire semblant de tuer des gens dans sa tête. Bref, je trouve préoccupant une telle fixation sur la mort et la violence. Comment sensibiliser les parents qui sont russes aux conséquences possibles avec l’âge à de tels propos.

  5. Maestro a écrit :

    Chacun fait ce qu’il veut, la vengerance est un plat qui se mange froid, c’est ce qui est arrivé à quelqu’un de Bons en Chablais en 1991, à qui on a fait péter une bouteille de butane il a fait de longues années de greffes, comme ça il a payé ses magouilles.
    2017 certains chef d’entreprises et hommes politiques vont voir la renaissance d’action directe, ceux qui s’imaginent au pouvoir risque d’avoir de sacrées surprises.

Exprimez-vous !

*

Réserve : Les articles contenus sur ce site ne constituent pas un avis juridique, par conséquent, il est recommandé d’obtenir des conseils juridiques adaptés à chaque cas particulier. Nos articles ne sont que des commentaires et lignes directrices relatives au sujets des articles. Pour de plus amples éclaircissements sur la question, n’hésitez pas à nous contacter.