La violence conjugale

Vous êtes un bon mari, un bon père de famille. Vous êtes quelqu’un de respectable que tous vos voisins, amis, collègues de travail et famille adorent. Vous êtes quelqu’un de bien et vous avez ce qu’il y a de plus précieux au monde, l’amour d’une femme et de beaux enfants.

On vous envie dans votre entourage, votre vie est merveilleuse.

Vous êtes en couple depuis quelques années déjà et tout allait relativement bien selon vous, mais aujourd’hui, ça dégénère.
Votre conjointe, en état de crise, appelle le 911 et prétend être victime de violences conjugales. Une voiture de police arrive en vitesse avec les gyrophares et ils débarquent à votre domicile, constatent les lieux, isolent votre femme et vos enfants, ils vont même parler à vos voisins et, après quelques minute…

On vous sort de chez vous, les menottes aux poings.

menottes-au-poings

Mais que s’est-il passé ?

Vous n’êtes pas un criminel, la seule fois que vous avez parlé à un policier dans votre vie, c’était pour une contravention banale.

Vous vous dites que le pire que vous avez fait, c’était de lui mettre votre doigt dessus, le lui tenir les poignets, de l’accoter contre le mur, de la pousser légèrement, un peu de bousculade, mais vous ne l’avez jamais frappée.

Elle n’a pas de blessure à ce que l’on peut constater.

ATTENTION!

Pourtant ceci est bien de la violence conjugale, catégorie voies de fait et c’est criminel.

Si cela vous arrive, que la police intervienne, gardez le silence et contacter Me Couture 514 286 2283  (514  AVOCATE)

La violence conjugale EXISTE  mais c’est  parfois aussi de fausses plaintes.

Avant de vous confier à la police sur vos agissements et vos paroles, contactez Me Couture et gardez le silence.

  • Tenter de prendre des notes dès que vous le pourrez sur les termes exacts que vous avez utilisés, les gestes précis que vous avez posés.
  • Gardez vos textos, vos courriels, la liste de vos appels, etc.

Des mots, des cries, des gestes, des menaces, de l’intimidation, des bousculades et parfois des coups, tout cela pourrait être retenu contre vous, ou contre elle.

On pourrait vous accuser d’avoir proféré des menaces.

La violence fait toujours mal, même quand elle ne laisse pas de trace.

La violence conjugale, visible ou non, c’est criminel. Pensez-y!

 

En cas d’arrestation, gardez le silence et appelez Me Julie Couture, qui saura vous écouter et vous guider dans les procédures judiciaires, que ce soit au Palais de justice de Laval, St-Jérôme ou Joliette.

 

Me Couture est avocate en droit criminel et s’occupe de ce type de dossier. Elle pourra vous aider et défendre vos droits, ainsi que vous conseiller sur des thérapies ou médiateur familial, au besoin.

Me Couture comprendra toutes vos préoccupations.

 

Vous devez être très inquiet sur l’avenir de votre couple, de votre famille, voire même de votre emploi.

  • Il arrivera quoi demain matin?
  • Est-ce que je serai emprisonné?
  • Pourrai-je retourner chez moi, dans ma maison?
  • À quel endroit devrai-je aller vivre dans les prochains mois?
  • Est-ce que je pourrai parler à ma conjointe?
  • Et mes enfants, pourrai-je les voir?
  • Est-ce que mon patron va le savoir ?
  • J’ai un voyage de prévu le mois prochain, est-ce que je pourrai partir ?
  • devrais-je suivre une psychothérapie spécifique?

Chaque cas est différent, mais un homme sans antécédent judiciaire en matière de violence est très souvent remis en liberté par les policiers ou après sa comparution devant le juge, sous diverses conditions. Celles-ci pourraient être, notamment, de ne pas approcher la plaignante et de ne pas tenter de communiquer avec elle ou quelqu’un de son entourage. C’est ce qu’on appelle dans le milieu juridique, des conditions de remises en liberté.

Respecter les conditions fixées par le jugement

Il sera très important de respecter chacune des conditions à défaut de quoi, vous pourriez être arrêté à nouveau et être accusé de bris de conditions ou d’engagement. Parmi les conditions exigées par la Cour, on pourrait vous demander de ne pas consommer aucune boisson alcoolisée et/ou drogue. Si vous avez des problèmes en ce sens, il serait important de prévoir une thérapie.

Advenant que madame demande la séparation ou le divorce, cela relèvera du droit familial, tout comme la garde des enfants. Si vous avez des biens ensemble tels qu’une maison, une voiture, des cartes de crédit, alors vous aurez besoin d’un avocat en matière civil.

Voilà où pourrait vous mener la violence conjugale.

Pour le bien de tous et dans l’intérêt de tous, pourquoi ne pas aller consulter un thérapeute familial ? Aidez-nous à vous aider.

Me Couture pourra vous aider et vous guidez dans le processus juridique, elle protègera vos droits et vous conseillera, mais aidez-nous et aidez-vous. Il est parfois possible d’éviter le casier judiciaire lorsque toutes les parties font des efforts.

Me Couture plaide et représente ses clients dans les palais de justice et les Cours municipales de la rive-Nord. Elle peut vous représenter au Palais de justice de Laval, Saint-Jérôme et Joliette. Elle peut vous rencontrer à son bureau de Laval ou son bureau de St-Jérôme, situé à deux pas du Palais de justice.

Contactez Me Couture dès aujourd’hui au 514-AVO-CATE (514-286-2283).

Exprimez-vous !

*

Réserve : Les articles contenus sur ce site ne constituent pas un avis juridique, par conséquent, il est recommandé d’obtenir des conseils juridiques adaptés à chaque cas particulier. Nos articles ne sont que des commentaires et lignes directrices relatives au sujets des articles. Pour de plus amples éclaircissements sur la question, n’hésitez pas à nous contacter.